Yvelines. Un verger planté en forêt de Sainte-Apolline à Plaisir

Le Département des Yvelines a créé un verger dans la forêt Saint-Apolline à Plaisir (Yvelines). Une expérimentation à but pédagogique et écologique.

Jean-Michel Portier, technicien forestier pour le Département,
dans le verger de la forêt de Sainte-Apolline à Plaisir.
Jean-Michel Portier, technicien forestier pour le Département, dans le verger de la forêt de Sainte-Apolline à Plaisir (Yvelines). (©78actu)

Vingt pommiers ont été plantés fin mars, sur une parcelle de la forêt de Sainte-Apolline à Plaisir (Yvelines), sous les lignes haute tension.

C’est le Département des Yvelines, propriétaire de la forêt, qui a lancé la création de ce premier verger patrimonial, sur un espace de 3 000 m2.

 Pédagogie et écologie

Sous les lignes haute tension, nous avions cet espace qui n’était pas valorisé. Nous ne pouvions pas faire pousser une forêt car elle aurait été en contact avec les lignes », explique Jean-Michel Portier, technicien forestier pour le département des Yvelines et porteur du projet.

19 variétés anciennes, des pommes à cidre et à couteau et principalement d’Ile-de-France, ont été plantées par un pomologue.

C’est un autoentrepreneur qui a choisi les espèces dans les pépinières spécialisées », détaille le technicien forestier.

Le but de ce verger est d’abord pédagogique avec des actions en direction des scolaires.

Le verger se situe juste en dessous des lignes haute tension en forêt Sainte-Apolline à Plaisir (Yvelines). (©78actu)

 Une classe de CE2 est venue et on leur a expliqué ce qu’est un verger, les espèces anciennes…, décrit Jean-Michel Portier. Nous accueillerons une à deux fois par an des scolaires. »

Le public est également invité à découvrir ce verger, celui-ci étant ouvert à tous.

Le deuxième aspect de cette expérimentation est écologique.

« Les pommiers vont attirer énormément de faunes, des guêpes, des abeilles, des papillons, des sauterelles, ainsi que des prédateurs, des chevreuils, des blaireaux, des renards… »

C’est tout un écosystème qui devrait se créer dans les années à venir.

Pommes bios

Les premières pommes, garanties 100 % bio, devraient voir le jour d’ici cinq ans et quand le verger sera bien développé, des ruchers pourraient être installés.

Deux brigades forestières constituées de personnes en insertion au sein des services du Département vont entretenir le verger.

Si cette expérimentation s’avère concluante, le Département envisage de créer un deuxième verger, de pommes mais aussi de poires, par exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *