Un autoentrepreneur ouvre une boutique de déstockage à Saint-Jean-de-Losne

4 euros le baril de lessive 60 lavages ou encore 40 centimes la boîte de haricots verts… Les dates limite d’utilisation optimale (DLUO) sont dépassées, les dates limite de consommation (DLC) sont très courtes mais les produits ne sont pas périmés. 

C’est le principe du déstockage, et c’est aussi une manière de lutter contre le gaspillage. A Saint-Jean-de-Losne, ce magasin a tout de suite trouvé ses clients : des personnes  qui ont du mal à s’en sortir avec le peu d’argent qu’elles ont pour vivre.

Parmi ceux qui viennent au magasin, il y a des chômeurs en fin de droit qui ne touchent que quelques centaines d’euros par mois. Une cliente dans ce cas, parle de sa situation:  « Lorsqu’il y a  31 jours, j’ai 510 euros, et quand c’est 30 jours j’ai 490 euros net par mois. J’ai des amis qui m’aident, je vais à la Croix-Rouge, j’ai des enfants qui m’aident aussi, et puis voilà« . 

Un autre client, explique qu’il est venu pour voir, parce qu’il n’est pas riche. « Quand j’ai vu les produits de qualité et les prix, j’ai dit, on ne pas trouver moins. »

C’est parce qu’il a eu envie d’aider ces personnes que Patrice Bonvallat a décidé d’ouvrir ce magasin. Licencié de son travail après une opération au genou, il s’est lancé dans le statut d’autoentrepreneur, il a cherché un local et s’est mis à contacter les plateformes de déstockage.

A terme, il espère pouvoir se dégager un SMIC tout en rendant un fier service à ses clients.

Reportage : Michel Gillot – Gabriel Talon
Montage : Hugo Piguet
Patrice Bonvallat : Gérant du Panier du déstockeur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *