Loire – Saint-Etienne centre | Comment le régime des micro-entreprises est devenu pérenne en dix ans

« J’ai choisi ce régime d’auto-entrepreneur pour la simplicité de gestion quotidienne de mon entreprise et la facilité pour s’inscrire. Et puis, surtout, zéro chiffre d’affaires est équivalent à zéro charges », explique d’emblée Elsa Martin, tapissier d’ameublement à Saint-Etienne, micro-entrepreneur (ME) depuis janvier 2017.

Plus d’un tier des indépendants

Isabelle Morellon, styliste-graphiste, a, quant à elle, créé sa micro-entreprise en octobre 2018. « Je ne souhaitais pas passer ma vie dans la voiture pour rejoindre mon lieu de travail. J’avais envie de m’ouvrir à autre chose, être plus indépendante dans mon travail », souligne-t-elle.

Comme elles, ils sont 11 189 micro-entrepreneurs actifs dans la Loire, soit 34,2 % des travailleurs indépendants.

« Et la progression reste soutenue d’année en année, puisqu’en 2017, elle était de 10,8 % par rapport à l’année précédente. Ce régime séduit car il est simplifié tant au niveau des formalités de création, d’interruption et de cessation d’activité, en ligne, que du paiement des cotisations sociales, des impôts et des taxes. Ce fut une vraie révolution.»

« Souvent, ce sont des activités complémentaires ou un moyen de tester une activité avant de basculer vers un autre statut. Il y a dix ans, le régime n’était pas destiné à être pérenne, il était considéré comme un tremplin. Mais, dans les faits, dix ans après, il l’est devenu », explique Eric Velay, directeur du recouvrement des travailleurs indépendants à l’Urssaf Rhône-Alpes.

Chiffre d’affaire moyen de 10.155 euros

La chambre de commerce et d’industrie et la chambre des métiers et de l’artisanat accompagnent désormais les porteurs de projets. Aujourd’hui, les pouvoirs publics considèrent que la micro-entreprise est une réussite de par l’appétence des porteurs de projets pour ce régime. Pour autant, le chiffre d’affaires moyen reste relativement faible pour les micro-entreprises : il est de l’ordre de 10.155 euros par an dans la Loire.

> Un dossier à lire dans nos éditions payantes de mardi 23 avril.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *