Jugé pour vol quelques jours avant une comparution pour violences conjugales

Il est assez énervé de comparaître devant le tribunal correctionnel de Dijon, ce mardi 7 mai. Ah ça oui ! Il est poursuivi pour les vols de couronnes de cuivre nu, de tourets de bois et de tourets de cuivre gainé dans des entrepôts de la société Fauchet, et d’un ordinateur, d’une carte à essence professionnelle et d’une carte conducteur au préjudice de la société Demongeot le 4 février 2017 au soir, à Dijon. Préjudice total supérieur à 14.000 euros. Les caméras (aux images si floues) ont montré 3 hommes cagoulés et gantés, mais les enquêteurs ne sont parvenus qu’à Tayson X.

«Je dis la franche vérité»

En effet le 7 février celui-ci est contrôlé et que trouve-t-on sur lui ? La carte Total GR et la carte conducteur de la société Demongeot dont il n’est pas salarié. La veille et l’avant-veille ces cartes ont servi à payer de l’essence et à régler des péages. Tayson X, du haut de ses 22 ans, ne se démonte pas : il a trouvé les cartes sur le parking d’une station de lavage auto, sur laquelle «il y avait du bordel, et il y avait une pochette avec les cartes, je l’ai prise». Il insiste, «je dis la franche vérité, je n’ai rien volé mais oui j’ai utilisé les cartes». Il explique qu’il avait payé le péage quand il était allé voir sa copine de l’époque à Epinal. Or les cartes ont servi sur un aller-retour Dijon-Tournus, et le lendemain se promenaient dans le 88 et puis le 54. De surcroît son téléphone a borné sur ces trajets, il voyageait avec les cartes.

«Qui ? Je dirai pas. Vous savez très bien comment ça se passe chez nous, madame»

«Mon téléphone, je l’avais pas ! Il était dans la voiture d’un copain. – Qui ? demande la présidente Cellier. – Je dirai pas. Vous savez très bien comment ça se passe chez nous, madame.» «Chez nous» : le jeune homme vit en caravane sur un campement familial. Il n’a pas d’enfant, il s’est déclaré en auto entrepreneur pour travailler avec son père à récupérer et retaper des voitures. D’ailleurs, les 400 euros qu’il avait sur lui, c’était pour acheter un moteur. «Vous aviez dit que c’était pour une carte grise à l’époque. – Oui, aussi.» 5 condamnations dont 3 par le tribunal pour enfants (rébellion, dégradations, vol) puis conduite sous stups, et en 2018, 2 ans dont 14 mois assortis d’un sursis mis à l’épreuve pour conduite sous l’empire de l’alcool en récidive, délit de fuite, refus d’obtempérer, violences, etc. Il est donc suivi par un CPIP, il est en période probatoire.

«Son téléphone borne le soir des vols, sur les lieux des faits, et aux heures des faits»

Le tribunal pointe que ce garçon a «un problème d’alcool et de violence». «Vous avez commis des violences sur votre compagne. – J’en sais rien du tout, on verra bien le 14 mai.» La future audience s’annonce bien… mais pour l’heure il s’agit de trancher sur ces vols importants (pas de constitution de parties civiles). «Il nie être co-auteur des vols, mais les investigations ont retracé les parcours et ça coïncide. Son téléphone borne le soir des vols, sur les lieux des faits, et aux heures des faits.» C’est insuffisant, plaide l’avocate, «avez-vous autre chose que cet indice pour le vol en réunion ? Je demande la relaxe, seuls les faits d’escroquerie sont constitués.» Elle demande enfin que les scellés soient restitués, «vous n’avez aucune preuve qu’ils sont le fruit d’un vol».

Sursis-TIG

6e mention au casier de Tayson X. juste avant qu’il soit jugé pour violences aggravées (sur conjoint ou ex-conjoint) : le tribunal le déclare coupable et le condamne à un sursis-TIG. 105 heures de travail d’intérêt général ou 8 mois de prison, une amende de 200 euros. Le tribunal ordonne la restitution de son téléphone et des 400 euros.

F. Saint-Arroman

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *