Edition Belfort-Héricourt-Montbéliard | Un homme frappé par sa femme

Au registre des violences conjugales, les journées se suivent et se ressemblent au commissariat de Montbéliard. À la différence près que ce n’est pas, comme la veille ou l’avant-veille, une femme violentée qui a poussé samedi soir les portes de l’hôtel de police. Mais un homme de 48 ans présentant des hématomes au visage. Certificat médical à l’appui. Il a déposé plainte pour violences volontaires contre celle avec laquelle il partage sa vie et lui a donné un enfant. 

Juste une paire de gifles ?

Le contexte ? Un repas familial à la suite d’un décès. En milieu de soirée, une dispute éclate pour un motif futile. La mère de famille craint que son fils ne soit mordu par un petit chien avec lequel il joue. Le père tente de lui faire comprendre que le chien est tout ce qu’il y a de plus inoffensif. En vain. Alors que le couple en bisbille quitte la soirée, la femme colle deux coups de poing au visage de son compagnon. « Juste une paire de gifles », soutient la cogneuse qui a passé la nuit en garde à vue.

Il a 36 ans, autoentrepreneur de son état. Elle en a 42. Il prétend qu’elle le cogne « souvent ». Elle réfute et justifie les coups de samedi soir en affirmant que par le passé « c’est lui qui la frappait ». En somme une juste revanche ! Au milieu de cette foire d’empoigne, un enfant de quatre ans.

La mère de famille a été remise en liberté dimanche en fin de matinée. La procédure a été transmise au parquet de Montbéliard qui avisera des suites à donner à cette affaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *