Déco. Lillie H, « créatrice d’univers »

Alisson Huet est décoratrice. Ou plutôt « créatrice d’univers ». Installée à Lamballe (Côtes-d’Armor), elle y a créé son entreprise Lillie H fin 2017. Son engagement et sa créativité ont tapé dans l’œil de l’émission La Maison France 5.

« J’ai toujours eu une sensibilité à la déco ». Alisson Huet, à la tête de Lillie H, son entreprise de « création d’univers » à Lamballe (Côtes-d’Armor), en est convaincue. « J’ai eu une éducation assez artistique. J’ai fait de la danse classique, du violon, pris des cours du soir aux Beaux-arts. Et j’ai toujours été assez manuelle ». Pas un premier choix, pourtant. Des études supérieures en Langues étrangères appliquées vont la faire voyager, en Irlande, en Espagne. Mauvais plan. Et premier virage, vers la communication. Un BTS et une licence pro, à Lyon, l’éloignent encore de la baie de Saint-Brieuc. « La Bretagne me manquait, il fallait que je revienne ».

La décoration, c’est d’abord de l’humain ! Il faut de l’émotion. C’est un reflet de la vie

Des emplois, à Saint-Brieuc ou Lamballe, comme gérante de magasin. Ce n’est toujours pas ça… Jusqu’à l’idée, lumineuse. Et pourquoi pas la déco ? « La décoration, c’est d’abord de l’humain ! Créer une décoration, c’est comme fabriquer un cocon, que ce soit pour abriter sa famille ou recevoir des clients. Ce n’est pas juste dire : on va peindre ici ou là, placer trois objets et hop ! Il faut de l’émotion. C’est un reflet de la vie ».

Un univers où ses qualités pourraient s’exprimer pleinement ? « Il faut être à l’écoute, définitivement. Montrer beaucoup d’empathie, comprendre ce que ressent la personne, ce qu’elle voit, ce qu’elle veut vraiment. S’imprégner de l’atmosphère. C’est aussi être cohérent. Et même si on met toujours un peu de soi-même dans un projet, il faut se répéter que c’est la déco de quelqu’un d’autre ».

Se tenir au goût du jour, être inventif

Autodidacte – ou presque -, Alisson a suivi une formation de peintre applicateur, avec l’AFPA de Saint-Brieuc. « C’était important de savoir de quoi je parlais. Et j’ai décidé de me lancer ». En auto-entrepreneur. « Créer son entreprise, c’est une galère sur plein de choses. On se pose énormément de questions et on ne sait pas vraiment où trouver les réponses. Oui, franchement, je me suis sentie assez seule sur ce coup-là ». Mais le pari en valait la peine, d’autant qu’une fois ce premier pas franchi, la jeune femme s’est retrouvée « bien entourée ». « Mon réseau m’a fourni mes premiers projets. Et j’ai eu carte blanche ».

Le tout en menant de front son activité de mère de famille. Un mari, deux enfants en bas âge, et une nécessité de formation perpétuelle. « Il faut se tenir au goût du jour. La déco, c’est quelque chose de très cyclique. Il faut voir et savoir ce qui se fait. C’est très inventif ». Et ça passe par des visites de salons, de décoration ou de créateurs, par la lecture de la presse spécialisée. « Et les réseaux sociaux, aussi. Ce sont des nids à créateurs. Et ça se fait sans quitter mon bureau », sourit Alisson.

C’est du qualitatif et vraiment une prestation à la carte

Aujourd’hui, la jeune femme a toujours un nouveau projet en route. Ses dernières créations ? Une enseigne vestimentaire à Lamballe, un magasin à Pléneuf-Val-André, un restaurant à Saint-Cast… Alisson travaille « local », avec son petit réseau d’artisans et de professionnels. Aime les matières nobles, brutes.

 

Elle collabore aussi avec Hélène Le Goff, une autre créatrice lamballaise. Et ne se pose pas de limites. Comme avec ce projet sur un chalet, dans les Vosges, mené de A à Z. « Je peux travailler pour les professionnels comme les particuliers. On peut partir d’une envie, d’un budget. Et je peux officier comme personal-shopper, m’occuper des achats… C’est du qualitatif et vraiment une prestation à la carte ». Une carte que la jeune mère de famille entend jouer à fond. « J’ai aujourd’hui le sentiment de m’être posée. J’ai la chance d’exercer un métier passion et de vivre la vie que je voulais ». Une vie où les choses ont pris doucement mais sûrement leur place. Un quotidien à l’image quelque part d’une déco réussie : « Un espace où l’on se sent bien, où on aime se retrouver, recevoir et échanger. C’est comme avant, mais en plus pratique et en plus esthétique. Et avec une nécessité : que la vie continue ! ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *