À Saint-Cyr-en-Val, la basse-cour de Cocote lève des fonds pour son éco-comparateur de produits en ligne – Orléans (45000)

« Il faut agir aujourd’hui, pas quand les poules auront des dents ! » Olivier Decan, 37 ans, gérant de l’entreprise Publish-IT, développeuse de sites web, lance une nouvelle Start-up : Cocote.com. Avec son nom amusant et enfantin, elle ne paye pas de mine, et pourtant, elle ne manque pas d’aplomb.

« Le prix n’est pas le seul critère d’achat »

Cocote est un comparateur de produits, un peu comme Google Shopping, LeGuide ou Kelkoo. Sa particularité ? Au lieu de se baser sur un seul critère, le prix, le client peut choisir l’importance de ses propres critères de recherche dans les catégories proximité, pertinence, label (écolabel, bio, commerce local, zéro résidu, made in France…), prix, avis et délais de livraison. Une recherche à la carte, en somme.

« Les gens essayent, de plus en plus, d’acheter de bons produits, locaux et respectueux de l’environnement. L’acte d’achat est multicritères. »

Olivier Decan (Créateur et gérant de Cocote)

D’où l’idée de lancer un « éco-comparateur » de produits.

Au début, le prototype, lancé en 2016, s’appelait Labelised. « Au fur et à mesure, on s’est rendu compte que le label, tout comme le prix, n’était pas le seul critère. J’ai fait un graphique et ça a donné un diagramme dont la forme ressemblait étrangement à une cocotte en papier« , raconte l’auto-entrepreneur. De là, naissent le nom et le logo du nouveau site.

Alimentaire, hygiène, cosmétique, alcool, textile… Cocote dispose déjà d’un catalogue de 110.000 produits locaux et éco-responsables, vendus par plus de 400 boutiques, à travers la France.

Une vraie mère poule

Chaque boutique peut s’inscrire gratuitement sur Cocote, mais cette offre est limitée. « Tous les mois, on lui apporte un certain nombre d’affichages et de visibilité, limité à 50 clics, au-delà duquel elle doit rémunérer un coût par clic de 15 centimes« .

À terme, Olivier Decan et son équipe visent au moins trois millions de produits en France et des partenariats avec environ 6.000 boutiques.

Trois applications gratuites pour consommer responsable

Autre particularité, un système de cashback, avantageux pour les clients : les utilisateurs sont rémunérés par Cocote, à partir du chiffre d’affaires de l’entreprise, en fonction de leur cumul d’achat. Tout cela à l’aide d’une monnaie interne : le Coco.

Mais Cocote ne s’arrête pas là. Deuxième étape : une plateforme Marketplace, où différents vendeurs proposeront leurs produits, avec une commission de 7% pour chaque achat.

Ça roule, ma poule !

Le comparateur devrait être fin prêt d’ici à la fin du mois de septembre, avec le système de fidélité et l’achat direct opérationnels. Il commencera alors à générer un chiffre d’affaires, estimé par l’équipe à 10.000€ pour 2019. Mais prévoit plus de 300.000€ pour 2020.

« On est encore sur une phase de levée des fonds, par le biais du crowdfunding. »

Un appel à investissements basé sur le modèle de royalties. « Vous investissez au minimum 10€. En fonction des résultats, l’entreprise reverse un certain montant chaque trimestre. On s’engage sur sept ans à rembourser totalement les investisseurs. Dans nos prévisionnels, ils auront récupéré sept ou huit fois ce qu’ils auront donné. »

Cocote a déjà récolté 86.000€, mais il lui manque encore 20.000€ pour atteindre le minimum requis, d’ici au 28 juin.

Un projet à l’échelle mondiale, voué à se développer dans le reste du monde d’ici quelques années.

Les exportations de produits loirétains marquent le pas au deuxième trimestre de l’année

Alexis Perché

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *